Feeds:
Articles
Commentaires

LA BELLE DÉMOCRATIE PROPOSE A TOUS LES CITOYENS DES OUTILS POUR METTRE EN PLACE UN SYSTÈME TRANSPARENT FONDE SUR LE POUVOIR D’AGIR DE CHACUN.

Ambitieux non !

Après la HQE passez à la HQD, la Haute Qualité Démocratique

Voila ce que le 28 MARS une partie de l’équipe fondatrice de la Belle Démocratie était venue nous transmettre. Tristant Réchid et Philippe SERANNES (qui a ponctué le propos avec ses chansons) nous on transmis leur expérience de démocratie VRAIE*.

L’équipe de Saillans s’attendait à ce que leurs concitoyens se mobilisent peu pour participer à la construction d’un projet municipal, 126 personnes sont venues à l’atelier collaboratif.

Un phénomène inattendu s’est produit ce jour. 10 % de la population a marqué sa volonté de se réapproprier la politique ! Ce qui ressemble à un coup d’épée dans l’eau pourrait cacher un point de bascule.

 


Mais comment fait t’on pour atteindre ce point de bascule ?

A Saillans l’équipe à proposé aux habitants les méthodes d’intelligence collective pour construire un projet municipal répondant à leurs vrais besoins. Des besoins identifiés collectivement, validés et hiérarchisés ensemble. 

Pour nous expliquer cette dynamique inattendue de mobilisation, Tristant Réchid nous a posé ces deux questions :

  • «  Avez-vous déjà ressenti un sentiment d’impuissance devant les décisions politiques sur votre territoire ? » 

  •  » Vous sentez vous représenté par vos élus ? « 

Les réponses du public … pouvaient laisser penser que oui et non.

A l’échelon local la démocratie ne fonctionnerait pas bien ?  L’actualité électorale résonne avec notre sujet local et pose la question des niveaux supérieurs …

Lassé du sentiment d’impuissance, une part de la population a donc décidé d’ESSAYER autre chose. Reprendre ensemble une parcelle de pouvoir.

 


Plusieurs ingrédients ont été nécessaires et semblent participer d’une possible reproductibilité.

N°1 : sortir du fatalisme et se regrouper pour AGIR.

N°2 Un constat unanime : les programmes politiques décrétés par le haut, montrent leur inefficacité depuis plus de 50 ans.

Ils conduisent à un empilage de thèmes caricaturaux hors de tout ancrage local. Ils répondent uniquement à la fraction d’électeurs sensibles aux sujets à fort contenu symbolique : religion, sécurité, dette etc. Et sur le plan économique ils répondent plus à la fraction la mieux organisé pour se faire entendre, qu’aux vrais sujets.

En outre une fois les élections remportées, le pouvoir est le plus souvent capturé pour tout le mandat.

N°3 Il faut un déclencheur :

Ici la duperie de trop d’un maire qui s’est fait élire avec des promesses de démocratie participative jamais tenues et le projet non discuté qui mobilise contre.

N°4 L’envie de retrouver l’intérêt général au cœur de l’action publique.

Et le constat partagé que le modèle est à bout de souffle. Tient je l’ai déjà entendue quelque part celle-là …

 


Comme à Saillant le public sous le préau semblait partager ces 4 points, alors que toutes les tranches d’âge étaient représentées avec les origines sociales les plus variées. Faut-il y voir un signe ?

Enfin Tristan Réchid nous à raconté comment on co-construit un projet avec les habitants et comment se prennent des décisions pas consensus.

C’est long et ça demande des efforts. Oups le gros mot !

Mais c’est très gratifiant parait-il.

Le lendemain suivait une formation abordant plus en détail les méthodes d’intelligence collective.

Si vous aussi vous souhaiter participer aux décisions sur votre territoire, vous pouvez suivre les initiatives de la BELLE DÉMOCRATIE et contribuer à ce projet d’éducation politique.

PRENDRE LE POUVOIR POUR LE PARTAGER

C’est le slogan qu’ils ont inventé. Innovation ordinaire ou innovation de rupture ?

Partager ! Là ça va trop loin, diront certains :o)

* Depuis les municipales de 2014 le village de Saillans (1200 habitants) est dirigé avec la participation des habitants impliqués dans la vie locale. 

« Je m’intéresse à l’avenir parce que c’est là que j’ai décidé de passer le restant de mes jours » Woody Allen.

Il y a ceux qui disent pour justifier de ne rien changer à leurs habitudes :  » mes actions au quotidien ne changeront rien  » ! Et il y a les précurseurs. Deviner qui laisse passer les trains ?

Les seconds ne sont certainement pas plus intelligents que les premiers, mais ils savent encore faire confiance à leur intuition et écouter leur bon sens. C’est sans doute pourquoi ils n’attendent pas que tout le monde soit convaincu pour commencer à préparer l’avenir.

Pour s’y préparer maintenant, pour comprendre ou pour le plaisir d’apprendre voici les derniers mooc repérés sur internet.

  1. Mooc  GOUVERNANCE PARTAGEE, parce que la transition propose une approche globale

    (c’est la 2e semaine, mais il est encore possible de s’inscrire, le cours est rattrapable pour les motivés avec du temps libre).

    Moocs à surveiller qui devraient revenir d’ici quelque temps :

  2. Mooc CHANGEMENT CLIMATIQUE ET SANTE

  3. Mooc CAUSES ET ENJEUX DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

  4. Les Mooc de la PLATEFORME BÂTIMENTS DURABLES lancée par l’Adem

Après concevoir une vision Partagée pour les associations, CE SOIR DERNIÈRE FORMATION DU CYCLE INTELLIGENCE COLLECTIVE organisé par les Acteurs du Paris durable : MIEUX INNOVER ENSEMBLE – Paris 14e 19 à 21h45  


LE CHANGEMENT COMMENCE PAR NOUS PARAIT-IL

Pour illustrer l’intérêt d’un changement maintenant ! Voici un petit passage par la psychologie et l’histoire

 

 

En étudiant différents cas historiques, les psychologues ont identifié un frein au changement absurde, mais puissant. Ils l’ont nommé l’escalade de l’engagement. Plus ont a décidé et investit dans un sens moins on sera prêt à revenir sur son choix. C’est ce qui c’est passé pour la guerre du Vietnam cf. la couverture un peu flou dslé. Les mauvais décideurs ne savent pas se déjuger. Seuls ou en groupe ils préfèrent embarquer toute la structure et couler avec. Je médite, je médite …

Mooc : Massive open online courses, autrement dit cours en ligne ouvert à tous. Le plus souvent gratuit.

 

L’Amap Bocageot, en lien avec Guyancourt en transition, a organisé dimanche 2 avril, la visite de la Scop   « Au potager de la ferme dans le vent » installée à Villeneuve St Nicolas, une vingtaine de kilomètres au sud de Chartres, afin de découvrir le travail de Denis Marais et Nataly Judalet. Rien ne vaut le contact direct pour comprendre le quotidien de ces maraîchers bio.

Denis et Nataly ont travaillé en tant que salariés agricoles à « La Ferme dans le vent » à Voves, puis ont décidé, en novembre 2015, avec Jacqui leur troisième associé, de créer une SCOP (société coopérative de production) à quelques kilomètres de leur précédente activité, afin de faire du maraîchage biologique.

Les légumes en devenir sont bien là avant de les retrouver dans notre assiette

Arrivé vers midi à Villeneuve St Nicolas, notre petit groupe est accueilli par Denis, qui, avant de procéder à la visite guidée nous convie à venir pique-niquer dans le jardin de  Nataly. Les échanges commencent donc en déjeunant, tout en dégustant des jus de fruits de la Reinette Verte offerts par notre hôte « Nous sommes trois associés, avons deux salariés et prévoyons l’embauche d’une ou deux personnes. Le métier est physiquement éprouvant, pas ou peu de vacances, mais des petits plaisirs, à notre rythme: le café le matin avec l’équipe et les copains qui passent, les échanges de service avec la coopérative bio qui bosse en réinsertion, en face de nos terres. » Il nous confie une petite anecdote concernant la mise en bottes des radis : « J’en fais 80 à l’heure,  mais pour l’élaboration de nos paniers 3 jeunes en réinsertion nous aident et ils étaient tout fiers d’en avoir fait 25 en 1 heure. C’est un métier qui s’apprend ! » Il poursuit en expliquant qu’avec la coopérative il se prête le matériel, notamment une motteuse automatique et que c’est chez eux qu’il achète ses plants. 7 hectares en plein champ et 4 ha en serres froides sont cultivés, ces dernières ayant nécessité de gros travaux et l’ultime rangée est encore à mettre sous bâche.  Cet hiver  grâce à un oncle entrepreneur, notre maraîcher a creusé fossés et drains, afin d’éviter les  dégâts connus avec l’inondation de 2016. Des graviers ont aussi été épandus pour ne pas patauger dans la boue. Bref, dès qu’il a un peu de temps devant lui, il s’attèle aux travaux d’installation.  Denis a également expliqué le système d’arrosage qui puise dans la nappe phréatique, avec un quota décidé en accord avec la Beauce. Il a droit à 15000 m3 / an et n’en a utilisé, l’an dernier, que 5000.

Sous les serres, plus grand-chose: blettes, carottes en devenir, radis ; les nouveaux plants vont arriver (concombre, aubergines, poivrons, tomates, courges…)

Des serres froides sous un soleil radieux d’avril

En lien avec une association spécialisée ont été replantées des haies en biodiversité, d’essences locales afin de couper le vent (on en revient enfin du remembrement…) et pour alimenter nos paniers avec les fruits des groseilliers, cassissiers, framboisiers …

La visite s’est poursuivie par le hangar où sont stockés les légumes à conserver, actuellement s’y trouvent de grands sacs de céleri-rave. Puis nous avons découvert les tables à préparer les paniers, le bureau de Denis avec une volière à mandarins, hélas depuis peu, sans locataire.

Après cet échange instructif sur la réalité du terrain, notre groupe a poursuivi son après-midi, vingt kilomètres plus loin à l’Abbaye de Nottenville, reconvertie en élevage caprin, production et vente de fromages de chèvre au lait cru; se déroulait sur place la deuxième édition d’un marché fermier regroupant une vingtaine d’exposants

Pour info : l’Amap Bocageot distribue les paniers des maraichers « Au potager de la ferme sous le vent » tous les vendredis de 18h30 à 19h30 à la Maison Kosma place Jacques Brel à Guyancourt

 

 

 

ATELIERS PARTICIPATIFS A SAINT-QUENTIN ET EN VALLÉE DE CHEVREUSE : J-5 POUR LE PREMIER

LES ACTEURS LOCAUX PROPOSENT DES ACTIVITÉS DE LOISIRS… ÉDUCATIFS

  1. Les bienfaits du broyat atelier théorique et pratique

    Samedi 08 avril à partir de 9h30 à Saint Léger en Yvelines.
    Voir le programme de la journée – C’est avec le PNR et les Colibris

  2. Balade à vélo découverte des bacs incroyables comestibles de Magny les Hameaux

    C’est la balade vélo-potagère organisée par l’antenne de SQYeT Magny :

    Un circuit pour découvrir ces minis potagers entretenus collectivement. Tout le monde veille à la bonne croissance des plantes et chacun peut récolter une partie de la production. C’est votre mini action pour vous faire du bien.
    Participez aux 1eres plantations de l’année avec l’équipe de Magny en transition et rejoignez l’équipe de votre quartier si ça vous dit.

    › Samedi 15 avril – 14h00 à Magny les Hameaux

  3. Participez au sondage en ligne pour choisir le nom de la MONNAIE LOCALE portée par le PNR en vallée de Chevreuse et aux alentours
    ♣ ♣  SONDAGE EN LIGNE  ♣ ♣

    jusqu’au 17 avril

     


Pour la balade vélo-potagère toutes les infos sont ci-dessous

afficheVeloPotager(1)

 

 Créative, la « Faites du Développement Durable » de Guyancourt, édition 2017, a rassemblé un public toujours très actif. Apprendre à réaliser son cerf- volant ou décorer sa table avec des fruits artistiquement ciselés: deux activités qui ont notamment reçu un franc succès. Quant à Guyancourt En Transition, c’est l’eau qui était notre invitée vedette cette année.

Comprendre comment l’eau parvient jusqu’à notre robinet, repart une fois utilisée pour être épurée et recommencée son cycle

Avec « L’eau d’ici ou l’eau d’ailleurs », notre fil rouge, nous avons choisi  d’informer les Guyancourtois sur la provenance de l’eau qu’il consommait, la façon dont elle était traitée, recyclée, son coût ; et bien sûr plein d’astuces pour ne pas la gaspiller. À cet effet notre fidèle roue des défis a fourni un nouveau moyen de transmettre des idées : prendre une douche de 2mn (25l) plutôt qu’un bain (200l), utiliser une bassine pour laver ses légumes et l’eau servira ensuite à l’arrosage, l’eau de cuisson pâtes ou des pommes de terre est un excellent désherbant pour sa terrasse, l’eau du robinet coûte 300 fois moins cher que l’eau en bouteille, planter assez profond les tomates pour moins les arroser et notre préféré, le pipi sous la douche qui épargne la chasse d’eau ( + de 30 astuces à vous transmettre si vous le souhaiter).

Les enfants, pour les plus grands, ont pu réviser le cycle de l’eau ou pour les plus jeunes, le découvrir  grâce à un jeu. Les termes précipitations, ruissellement voire condensation nous ont incité à user de métaphores et  de mimes évocateurs afin d’expliquer simplement aux bambins attentifs.

Sur le parvis de la Maison de quartier Théodore Monod, la démonstration d’un système d’arrosage solaire a attiré à la fois des curieux et des intéressés. Pour ceux qui n’ont pu se déplacer ce jour-là, nous pouvons faire suivre le descriptif détaillé du principe réalisable en grandeur nature.

Un panneau solaire relié à une pompe et le tour est joué !

Les superbes posters de Yann Arthus Bertrand qui décoraient notre stand ont servi de support pour y glisser quelques phrases marquantes : « En Palestine, la bande de Gaza, dispose de 59 m3 par habitant, par an et l’Islande 630000 m3 »  « Les Européens consomment aujourd’hui 8 fois plus d’eau douce que leurs grands-parents ». « La surexploitation des nappes phréatiques risque d’entraîner leur épuisement. Les deux tiers de l’humanité devraient être en situation dite de stress hydrique en 2025. »…

Les superbes photos de Yann-Arthus Bertrand d’excellents supports pédagogiques

Pour que l’eau soit réellement considérée comme un bien commun et pour ne pas rester sur une note pessimiste, nous avons suggéré d’être acteurs de la transition à notre mesure, tout en sachant qu’il faut :

  • améliorer l’efficacité des techniques d’irrigation et surtout généraliser l’usage des méthodes les plus performantes (agroécologie),
  • rénover les structures de production et de distribution d’eau potable et en construire de nouvelles,
  • préserver les réserves, lutter contre la pollution, entre autres en assainissant les eaux usées, recycler l’eau …
Quelques événements notables cette semaine :
* Mercredi 22 mars 20h30 au théâtre de Fontenay le Fleury : Ciné-débat avec le documentaire « Irrespirable : des villes au bord de l’asphyxie » de Delphine Prunault . Organisé avec Alternatiba Versailles sur le thème de la pollution de l’air en ville, en présence d’un conseiller scientifique du documentaire projeté.
L’air est la ressource vitale la plus consommée : nous en respirons en moyenne 12 à 15 kg par jour ; d’où l’importance de respirer un air propre…
Entrée libre !
Tous les détails du programme de la semaine du printemps de l’environnement sur les pages évènements du site internet Alternatiba-Versailles Grand Parc :
* Vendredi 24 mars à 20h30 à Jouars-Pontchartrain (Foyer rural) : Concertation publique sur le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) de Jouars-Pontchartrain
Le PADD est un document indiquant les orientations de la commune en matière d’urbanisation et d’occupation des sols. Il exprime un projet urbain et définit une politique d’ensemble. Le PADD fait partie intégrante du PLU, il en traduit les enjeux et projets, offrant une lisibilité plus grande pour le citoyen. Afin d’échanger sur le PADD et de partager sa vision sur l’avenir de Jouars-Pontchartrain, la Municipalité organise une concertation publique.
 
L’aménagement du territoire et l’urbanisme sont fondamentaux pour assurer une transition vers un territoire plus résilient et plus durable. Nous ne réduirons pas significativement nos impacts sur l’environnement et notre dépendance aux ressources fossiles sans une plus grande proximité entre lieux de vie et lieux de production, alimentaire notamment.
Villages d’Yvelines en Transition encourage donc vivement les chartripontains à participer à cette concertation.
 

* Samedi 25 mars : Faites du développement durable à Guyancourt

Le samedi 25 mars de 14h à 18h à la maison de quartier Théodore Monod le service DD de Guyancourt déploiera un éventail d’animations gratuites en lien avec une dizaine d’associations: spectacle interactif, confections de produits faits maison, goûter bio, distribution de compost, projection du film Demain…

https://sqyentransition.wordpress.com/2017/03/15/faites-du-developpement-durable-a-guyancourt/

Et sans oublier bien sur notre répar’ café samedi 25 de 10h à 12h30 à la petite salle de danse, rue des sablons à Villiers St Frédéric.

Et en plus :

Pourquoi pas une 3ème fête du vélo ? on y pense très fort mais on a besoin de motivés… faites nous signe si vous souhaitez participer à l’organisation !

Pouces d’Yvelines recrute ! Arthur vient de rejoindre l’association en tant que service civique et nous recherchons un second pour participer à l’animation du réseau (pièce jointe).

contact@poucesdyvelines.fr / www.facebook.com/poucesdyvelines/

Retrouvez nous sur: