Le jardin pédagogique et participatif

 036

 

Dernière nouvelles sur le projet associatif du jardin pédagogique : Avec la fermature du site appartenant à l’agglomération de SQY, le jardin pédagogique est désormais fermé depuis fevrier 2017 au public et à nos bénévoles. Nous avons démandé de continuer le projet associatif, mais à ce jour notre demande reste sans response.

OBJECTIFS

Né du mouvement de Saint Quentin en Yvelines en Transition (SQYeT), le projet a vu le jour en été 2012, au sein du Jardin de Cocagne de St Quentin en Yvelines, situé sur la commune de Magny les Hameaux. L’objectif :  créer un jardin pédagogique et participatif aménagé en permaculture et cultivé en produits biologiques.

L’originalité de ce jardin réside en plusieurs points majeurs :

1 – aménagement en permaculture

Créé il y a quelques décennies en Nouvelle Zélande et Australie, le mot permaculture provient de la contraction de « permanent agriculture » puis, plus tard, « permanent culture ». Appliquée à ses débuts à l’agriculture, la permaculture s’élargit au cours de sa maturation à toutes les activités humaines. Cette vision holistique et créatrice de liens, qui tire son essence de la sagesse des traditions multimillénaires combinée à l’ingéniosité des innovations modernes, apporte des solutions concrètes aux problèmes majeurs actuels en exploitant toute les facettes de l’intelligence humaine. Il s’agit plus d’une philosophie qui, basée sur le bon sens, conduit à la responsabilisation de chacun et l’autonomisation de la communauté tout en menant à une grande qualité de vie.

2 – conception participative

Ici, on ne vient pas juste voir et écouter. Celui qui entre apporte sa contribution sous forme d’idées et d’actions, en co-construction avec les autres pour créer une œuvre commune unique et innovante. Rien n’est décidé d’avance ce qui laisse place à toute la créativité potentielle des personnes en présence et à toutes les adaptations nécessaires pour améliorer le système. Ainsi, les réalisations les plus osées et les plus inimaginables peuvent émerger, toujours alignées sur l’éthique et les principes de la permaculture.

3 – apprentissage par l’expérience

L’accent est mis sur la pratique et l’expérimentation génératrices d’un apprentissage intégré, moteur d’une envie de poursuivre ailleurs et d’aller plus loin. Il s’agit de venir vivre une expérience concrète qui s’appuie sur des principes fondés et qui met à contribution tous les sens d’appréhension du monde extérieur, y compris l’intuition. En lien avec tous les aspects de la vie quotidienne, cet apprentissage est adaptable à tous et partout. Chacun pioche ce qu’il vient y chercher et en repart avec des nouvelles façons de voir, applicables immédiatement. Ainsi, un essaimage naturel en découle, qui permettra la diffusion des leçons de vie vers l’extérieur.

Ces objectifs de base favorisent l’émergence d’un lieu riche de la contribution de tous, à partir de l’intelligence collective et d’une synergie participative. Cette dynamique vivante ouvre l’avenir à une évolution constante, en perpétuelle amélioration : créatrice de liens au niveau de la sphère locale, elle encourage l’inclusion de tout nouvel intervenant qui est perçu comme enrichissant : enrichissement humain, force de travail, apport de compétences qui sont favorisés par la suppression des contraintes financières et permettent une mise en œuvre rapide et efficace.

Cet esprit coopératif, appuyé sur une démarche intelligente combinant le bon sens et l’expérience, est garant d’une avancée vers des solutions créatives et constructives, indispensables à la poursuite de la civilisation humaine sur terre. Ce lieu se veut une pierre à ce nouvel édifice que nous avons à bâtir ici et maintenant, tous ensemble.

Cette pierre est un jardin dont le but est de retrouver le lien à la terre, à la nature, aux plantes, aux animaux, aux autres, à soi, au monde, retrouver aussi les gestes et savoirs oubliés garants de sens et de sagesse, et le bonheur d’une vie simple et communautaire ouverte à une abondance de richesses matérielles et immatérielles.

La démarche est active et volontaire, dans un esprit de don et d’ouverture et se fait grâce à :

  • La pédagogie : apprendre la permaculture et établir l’autonomie alimentaire en expérimentant des modes de production durables où l’on cultive l’abondance, l’on partage les récoltes d’aliments sains et locaux, l’on permet l’accès à tous (des enfants aux personnes âgées ou handicapées) sans apports financiers nécessaires.
  • La participation : se rencontrer autour d’intérêts communs comme partager des savoirs, fédérer les énergies locales, travailler en synergie, donner, co créer, s’impliquer, réfléchir, prendre conscience de notre responsabilité individuelle et collective pour relever les défis d’aujourd’hui, créer une communauté résiliente, inventer les solutions pour vivre mieux en augmentant la qualité de vie sans porter préjudice à l’environnement. Le but est d’amorcer la construction d’un monde viable par la réalisation d’une « permaculture » qui n’est plus utopique mais à portée de main de tous.28 29 JUILLET permaculture 011