On refait le monde avec des penseurs – Spécial Déconfinement V6 Les coulisses du pouvoir et toujours l’intéressant entretien avec Pablo Servigne


TON CORPS EST CONFINÉ LIBÈRE TON ESPRIT ;O)

V 6 du 15/05/2020

Cette page sera alimentée de temps en temps revenez voir s’il y a du nouveau

 

Préparons le coup d’après en réfléchissant maintenant à ce que nous voulons collectivement.

 La situation offre le terreau rêvé à tous les mécontents pour justifier leur vision du monde. Gardons notre discernement.

Extrême droite, souverainistes, anti de tout bords trouvent là de quoi justifier leurs idées. Le mouvement de la transition n’y échappe pas. Ce voisinage doit nous inciter à rester lucide. Oui nous avions raison sur beaucoup de choses, mais gardons notre discernement évitons le piège de l’auto validation globale. L’après sera d’autant plus solide qu’il aura été construit avec de l‘intelligence collective et de la coopération.

DES PENSEURS POUR NOUS ÉCLAIRER ET REFAIRE LE MONDE :

– Savoir pour décider –

Dans quel contexte se prennent les décisions ?

Les dangers du fond Blackrock (6000 milliards) qui : vient au secours des finances américaines, conseil les Multinationales, les États et l’UE.

Nb. S’il l’auteur avait un parti, il serait dans l’opposition … Faites vous votre propre jugement, croisez les informations, lisez des contenus qui dépassent les 4 lignes des infos digitales. Déterminez les conséquences, établissez des liens sortez du détail pour voir tenter de voir la situation plus large. Projetez vous à un horizon de long terme.
Un phénomène aujourd’hui inoffensif peut avoir des conséquences graves dans 5 ans.

 

Comment fonctionne nos dirigeants ? L’ancienne députée En Mche décrit : un fonctionnement ultra centralisé, l’intérêt général absent des décisions, les biais de sélection des « collaborateurs » ou l’obligation d’oublier toutes valeurs et d’exécuter. Et plein d’autres choses …

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣


Entretien très éclairant entre Pablo Servigne et deux philosophes.

NOUS SOMMES FORT EN COMPÉTITION FAIBLE EN COOPÉRATION

Le covid illustre l’ampleur des failles de notre système à répondre aux besoins primaires de tous les peuples : vivre dans un environnement de confiance, de sécurité et de justice. Ces besoins n’étant plus pourvus par les Etats et l’UE un sentiment d’insécurité et de défiance s’installe. Dans ce contexte, le réflexe de recréer sa sécurité à un niveau plus local peut conduire au repli et au retour aux références locales, favorisant l’émergence des courants identitaires et des nationalismes. 

Pablo Servigne démontre ainsi que le libéralisme fait mécaniquement monter les nationalismes et le sentiment de méfiance dans le système.

Comment changer le rapport à l’économie ?

Nous avons besoin de dirigeants politiques qui accompagnent, plus que de guides qui imposent leurs choix. Nous avons un frein terrible : Le fonctionnement des classes dirigeantes. Reconnaitre la possibilité de fragilité du système est considéré comme une faiblesse. Reconnaitre des failles reviendrait à s’identifier à elles et risquer une perte de pouvoir.

Nos politiques ont un défi :

Passer du pouvoir source de domination à un pouvoir source de création, démultiplié par la coopération

Des pistes pour prendre le tournant

  • S’associer, créer des rapports de force … Y aura t-il de forts mouvements sociaux ?
  • Quelle forme d’Etat « souverain » Policier ou qui protège.
  • En finir avec l’organisation pyramidale qui favorise la compétition, l’individualisme, le secret et la centralisation**, là où nous avons besoin d’autonomie et de confiance. Le rapport au pouvoir est une clé de changement.

Le développement personnel permettrait de changer le rapport au pouvoir, oui mais avons nous le temps de voir aboutir ce processus de long terme chez nos dirigeants ?

** (pour comprendre les dynamiques à l’œuvre dans les structures pyramidales je vous suggère de lire L’Acteur et le système de Michel Crozier – vous y retrouverez et comprendrez ce qui ce joue dans votre entreprise ou votre administration )

 

Gaël Giraud est un économiste qu’on ne voit pas (ou très peu à la télévision, mais il va sans doute y apparaitre à l’avenir)

  • Il évoque la dépendance de nos économies à leurs fournisseurs du bout du monde (le culte du flux tendu et de l’économie sur le sous traitant).
  • Notre organisation nationale et l’union européenne (La 1ere aide reçu par l’Italie est venue de Chine et de Russie, quid de l’UE ?)
  • Le comportement des pays bas, vraiment très bas qui proposent de donner de l’aide aux pays en difficulté qui auront fait des réformes structurelles >> exactement celles qui conduisent à casser l’hôpital.
    A priori quand on est conditionné par ses idées on ne peut s’adapter à la situation.

    Notez ce que l’histoire nous apprend de ce pays à double visage où comme en Suisse le côté face donne envie : des citoyens charmants, une société avancée  socialement et sur l’environnement, ouverte, démocratique – Et côté pile les industries parmi les plus nuisibles à la planète et aux démocraties (agro-alimentaire, chimie, pharmaco-chimie, finance), un système fiscal de pirates (oui y a d’autres mots, mais c’est pour être poli ;o) qui fragilise toute l’Europe. L’histoire nous dit donc  : que les Hollandais sont les inventeurs aux côté des anglais du libéralisme – à l’époque de la création de cette pensée (18e) leur hommes d’affaires étaient parmi les plus libéraux les plus extrêmes. Et s’ils passaient pour les plus avancés en réclamant des libertés pour eux face aux abus de l’aristocratie, dans la gestion  de leurs plantations ils n’étaient pas aussi avancés.  Leurs esclaves étaient les plus violemment traités du siècle (Physiquement mutilés) – Bien plus durement qu’aux Etat-Unis … Bizarrement l’histoire qu’on nous enseigne ne retient que les penseurs si avancés sur leur temps dans la défense des libertés.
  • Il aborde la tentation de reconduire l’ancien monde et la question cruciale des communs

Thomas Piketti :

  • Aborde l’uberisation > le chômage partiel n’est pas pour les ubérisés qui n’ont d’autre choix que de travailler.
  • Le fonctionnement à deux vitesse de l’Etat prélèvement immédiat pour le citoyen et versement à échéance lointaine pour l’Etat. En attendant les entrepreneurs doivent  avancer le chômage partiel à leurs salariés.
  • La nécessaire réflexion sur les secteurs à soutenir en priorité à l’avenir et le danger d’une politique de relance répondant à l’émotion et aux opportunistes (certains demandent baisse des salaire et hausse du temps de travail)**.
  • Des réformes de l’UE, notamment sur une gestion mutualisée de la dette des pays européens qui éviterait de les étrangler
  • Un système où les fortunés parviennent à laisser penser aux politiques qu’ils sont indispensables. Et que seul leur club peut/doit intervenir sur la marche du monde puisque sans eux il n’y aurait personne pour investir dans l’économie.
  • L’impossibilité de réussir la transition sans réduire les inégalités. Les deux étant liés.** Remarque : si la période ouvre le champ des possibles aux promoteurs d’une politique de transition, les ultra-libéraux voient aussi une opportunité de pousser encore plus loin leurs idées en demandant des réductions de la fiscalité, des réductions du droit du travail, de la santé, des normes de sécurité, des contrôle etc. sous prétexte que sans cela ils ne pourront redémarrer… Vigilance !

 

Un point de vue qui souligne la dramaturgie généralisée de la situation. Par un philosophe : Jean Dominique Michel

L’article évoqué : Ici


Questions ouvertes : quel est l’apport de l’Europe à la situation ? Quel a été sa contribution en amont, quel pourrait être son apport après ?


Profitez en pour vous former :

  • Le Mooc Botanique rouvre exceptionnellement  : Téla Botanica l’organise (Faites vite cette info a déjà qq jours).
  • Mooc Agroécologie : Il a commencé il y a longtemps mais il est encore ouvert (vous pouvez télécharger les vidéos pour le terminer tranquillement)
  • La plateforme FUN réouvre tout ses Moocs : Programme ici. Je vous conseil le Mooc sur l’économie circulaire indispensable pour comprendre les effets de l’hyper consommation et la raréfaction de nos ressources.

Soyons vigilants avec le covid et le reste :

L’Etat vient de faire passer des ordonnances pour modifier le droit du travail – 35h, congés, RTT.

Chaque situation d’urgence offre une opportunité aux Etats pour faire passer des lois peu démocratiques.  Ainsi une partie des lois se justifiants pour faire face à l’urgence lors des attentats est passée dans le droit commun sans que personne ne s’en émeuve.

Notre ministre de la justice déclare ce qui nous avait déjà été dit lors des attentats :  « Il n’est pas question que l’état d’urgence sanitaire entre dans le droit commun ». L’histoire nous montre que nos démocraties ne savent pas rendre ce qu’elle ont pris. 


 

Une multitude d’entretiens éclairants – Deux femmes à l’honneur

Thinkerview est un think tank qui se dit indépendant

Toutes les vidéos

La fabrication du consentement des masses, une réalité qui passe par la télévision, et s’est renforcée depuis le digital. Chacun vient y alimenter, volontairement, son conditionnement. Mais avec la croyance de ne pas être dupe. Ce qui fait la force du système et la fortune des marques. 

Citation de Jiddu Krishnamurti

« Ce n’est pas un signe de bonne santé que d’être bien adapté à une société profondément malade. » 

 

Vous voulez partager voilà un lien cours : https://wp.me/pOqHX-2×1

Conservez le sourire :o))

Commenter ou partager votre expérience

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.