Des champs à nos paniers

le

 

L’Amap Bocageot, en lien avec Guyancourt en transition, a organisé dimanche 2 avril, la visite de la Scop   « Au potager de la ferme dans le vent » installée à Villeneuve St Nicolas, une vingtaine de kilomètres au sud de Chartres, afin de découvrir le travail de Denis Marais et Nataly Judalet. Rien ne vaut le contact direct pour comprendre le quotidien de ces maraîchers bio.

Denis et Nataly ont travaillé en tant que salariés agricoles à « La Ferme dans le vent » à Voves, puis ont décidé, en novembre 2015, avec Jacqui leur troisième associé, de créer une SCOP (société coopérative de production) à quelques kilomètres de leur précédente activité, afin de faire du maraîchage biologique.

Les légumes en devenir sont bien là avant de les retrouver dans notre assiette

Arrivé vers midi à Villeneuve St Nicolas, notre petit groupe est accueilli par Denis, qui, avant de procéder à la visite guidée nous convie à venir pique-niquer dans le jardin de  Nataly. Les échanges commencent donc en déjeunant, tout en dégustant des jus de fruits de la Reinette Verte offerts par notre hôte « Nous sommes trois associés, avons deux salariés et prévoyons l’embauche d’une ou deux personnes. Le métier est physiquement éprouvant, pas ou peu de vacances, mais des petits plaisirs, à notre rythme: le café le matin avec l’équipe et les copains qui passent, les échanges de service avec la coopérative bio qui bosse en réinsertion, en face de nos terres. » Il nous confie une petite anecdote concernant la mise en bottes des radis : « J’en fais 80 à l’heure,  mais pour l’élaboration de nos paniers 3 jeunes en réinsertion nous aident et ils étaient tout fiers d’en avoir fait 25 en 1 heure. C’est un métier qui s’apprend ! » Il poursuit en expliquant qu’avec la coopérative il se prête le matériel, notamment une motteuse automatique et que c’est chez eux qu’il achète ses plants. 7 hectares en plein champ et 4 ha en serres froides sont cultivés, ces dernières ayant nécessité de gros travaux et l’ultime rangée est encore à mettre sous bâche.  Cet hiver  grâce à un oncle entrepreneur, notre maraîcher a creusé fossés et drains, afin d’éviter les  dégâts connus avec l’inondation de 2016. Des graviers ont aussi été épandus pour ne pas patauger dans la boue. Bref, dès qu’il a un peu de temps devant lui, il s’attèle aux travaux d’installation.  Denis a également expliqué le système d’arrosage qui puise dans la nappe phréatique, avec un quota décidé en accord avec la Beauce. Il a droit à 15000 m3 / an et n’en a utilisé, l’an dernier, que 5000.

Sous les serres, plus grand-chose: blettes, carottes en devenir, radis ; les nouveaux plants vont arriver (concombre, aubergines, poivrons, tomates, courges…)

Des serres froides sous un soleil radieux d’avril

En lien avec une association spécialisée ont été replantées des haies en biodiversité, d’essences locales afin de couper le vent (on en revient enfin du remembrement…) et pour alimenter nos paniers avec les fruits des groseilliers, cassissiers, framboisiers …

La visite s’est poursuivie par le hangar où sont stockés les légumes à conserver, actuellement s’y trouvent de grands sacs de céleri-rave. Puis nous avons découvert les tables à préparer les paniers, le bureau de Denis avec une volière à mandarins, hélas depuis peu, sans locataire.

Après cet échange instructif sur la réalité du terrain, notre groupe a poursuivi son après-midi, vingt kilomètres plus loin à l’Abbaye de Nottenville, reconvertie en élevage caprin, production et vente de fromages de chèvre au lait cru; se déroulait sur place la deuxième édition d’un marché fermier regroupant une vingtaine d’exposants

Pour info : l’Amap Bocageot distribue les paniers des maraichers « Au potager de la ferme sous le vent » tous les vendredis de 18h30 à 19h30 à la Maison Kosma place Jacques Brel à Guyancourt

 

 

Publicités