les Principes d’une Initative de Transition


  Le concept de ville en transition est basé sur un ensemble de principes:

Vision

  Le plus souvent, les visions de l’avenir dans un monde sans pétrole et sous l’effet de serre sont plutôt sombres. Si l’objet est de créer un monde plus positif, il nous faut des visions positives et un carnet de route pour y arriver. Créer une vision positive est le véritable moteur d’un plan d’action de descente énergétique (PADE), et se traduit par des actions nécessaires pour y arriver, étalées sur les vingt ans à venir.

 

 

 Inclusion

 Pour affronter les défis et les conséquences du pic pétrolier et du dérèglement climatique, tout le monde doit devenir un acteur important dans le processus de « Ville en Transition ». Pour concrétiser une initiative de transition, tous les secteurs d’activité et tous les habitants : associations, enfants, actifs et retraités, organisations, et les domaines le plus divers : l’énergie, l’économie, la santé, l’éducation, le tourisme, les espaces naturelles, l’alimentaire, le bâtiment et la communication, sont concernés.

Les mouvements de transition placent leurs actions au centre de la communauté, au cœur des habitants. Dans ce modèle, le changement se trouve dans le quotidien et dans toutes les actions, concrètes et très perceptibles par les habitants.

 

Éveil des consciences

 Pour agir, les citoyens ont besoin de connaître les enjeux de pic pétrolier et du dérèglement climatique. Avec une initiative de « Ville en Transition », les gens se sensibilisent, emploient ou decouvrent des outils et l’encouragement nécessaires pour reconstruire leur ville suivant une vision plus résiliente, avec des liens sociaux renforcés. Image: Transition Towns Wiki

 

Résilience

  La résilience est la capacité d’un système, ici une ville (ou une communauté de villages) à retrouver son équilibre après une perturbation. Dans le cadre des villes, la résilience est la capacité d’une ville à ne pas s’effondrer aux premiers signes d’une pénurie de pétrole ou de nourriture.

Résilience n’est pas la même notion que celle de soutenabilité, qui est la seule généralement mise en avant. Par exemple, une communauté qui récupère les déchets pour les expédier au centre de tri, réduit sa pression sur l’environnement, mais ne devient pas plus résiliente pour autant. Mais elle pourrait augmenter cette résilence en transformant localement ses déchets en matériaux d’isolation.

Compréhension psychologique

  Confrontés avec des scénarios du pic de pétrole et du réchauffement climatique, la plupart des gens expriment des sentiments d’impuissance et de déprime… et baissent les bras. Ces sentiments deviennent alors de vrais barrières au passage à l’action. Une initiative de « Ville en Transition » formule une vision positive et valorise les actions déjà effectuées. Les espaces solidaires sont créés et les personnes peuvent y exprimer leurs craintes et y rechercher ensemble des solutions. Le processus de « Ville en Transition » offre autant d’occasions de fêter le succès de chaque nouvelle changement que possible, et les gens voient leurs visions positives se concrétiser.

« Solutions crédibles et appropriées: Une fois que les dangers du pic pétrolier et du dérèglement climatique ont été révélés au public, les Initiatives de Transition doivent laisser la possibilité aux gens de chercher des solutions pertinentes à une échelle appropriée, et ne pas se limiter aux solutions comme « éteindre les lumières en sortant de la pièce ». Ceci est très important car les gens ne conçoivent en général que deux types de réponses : la réponse individuelle chez soi, et la réponse gouvernementale à l’échelle nationale. Les initiatives de transition explorent le niveau intermédiaire, celui des communautés. » (extrait de http://fr.wikipedia.org/wiki/Ville_en_transition)

Publicités

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.